Vendredi 06 mai 2022,  20 H

La Passerelle, Scène Nationale de Saint-Brieuc

Je ne connaissais pas Jean-louis Murat, bien sûr de nom comme tout le monde, mais c’est tout… L’occasion est donc trop belle de découvrir l’artiste lors de son concert donné à « La Passerelle« . Première surprise, le public est inhabituel. Peu ou pas du tout de jeunes, de nombreuses têtes chenues, des crânes chauves et d’improbables chevelures décolorées. Certaines tenues tiennent même des années 60, baba-cools tendance rétro… Apparemment Jean-Louis Murat a ses aficionados, ses groupies attitrés…

   Un concert d’une heure et demie, Jean-louis Murat au chant et à la guitare, son complice de longue date Denis Clavaizolle au clavier, Yann Clavaizolle à la batterie et Fred Jimenez, si j’ai bien compris, à la basse…

   Les premiers morceaux, aux très longues introductions mélodiques, nous situent le musicien. Nous sommes entre blues, rock et électro. Nous avons en fait sur scène quatre musiciens particulièrement brillants et tout cela est bien agréable à écouter, mais aussi à regarder, tant les éclairages sont magnifiques. La voix de Jean-Louis Murat est très particulière et rappelle parfois Alain Bashung, Hubert-Félix Thiéfaine ou Arno, chanteurs de la même génération. Excellent concert donc avec, naturellement, des chansons plus percutantes que d’autres…

   Gros problème tout de même. On subodore que les textes de Jean-louis Murat doivent être intéressants; problème, je n’ai compris aucune des paroles, parfois seulement saisi au vol un mot et je trouve cela bien dommage. Il n’est pas possible que cela soit voulu de faire de la voix un instrument de musique inaudible. Il va probablement falloir écouter les CD pour se rendre compte.

    Belle soirée donc avec d’excellents musiciens et un Jean-Louis Murat brillant créateur, un peu cabotin et qui joue manifestement un rôle, un personnage qui se prend tout à fait au sérieux, qui se la pète un peu pour tout dire, sans que cela enlève quoi que ce soit à ses qualités musicales.